Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

la Calliope d’Apollon

par Juliette Hmrs (tous droits réservés)


magnifique illustration commandée à @minorium_ (sur insta)
elle fait de magnifiques dessins, je suis totalement fan!

et puis, j’ai rencontré cette fille. elle avait des yeux verts, comme l’herbe fraîche quelque matin de printemps. ils crépitaient la nuit sous les réverbères de la ville et ne parvenaient à cacher aucun sentiment. sa bouche, large et pulpeuse, ne savait que tout dévoiler : lorsqu’elle la plissait, d’un air contrarié, elle désapprouvait quelque chose ; lorsqu’elle se mordillait la lèvre inférieure, elle était dominée par l’anxiété. plus jolie était-elle lorsqu’elle arborait un sourire : il était à la fois imposant et tendre, imparfait et pure. ce sourire dévoilait de belles dents, correctement alignées et pas tout à fait blanches. sa peau l’était, blanche et parsemée ça et là de points de beauté. elle ne se maquillait pas, elle n’y trouvait ni plaisir ni intérêt. cela n’enlevait en rien l’émerveillement qu’elle éprouvait face à certains maîtrisant cet art. comme ceux-là ne peuvent sortir sans maquillage, elle ne pouvait être vue sans son chapeau noir, aux larges bords. sous cet emblème, évoluaient de courts cheveux bruns. ils étaient légèrement bouclés et sa coupe avait une forme quelconque. son rire n’avait pas beaucoup de forme non plus mais il pouvait sortir n’importe qui du noir le plus complet, même les jours gris et froid. ces jours-là, comme tous les autres, ses pieds étaient chaussés de vieilles baskets plates blanches, plus si blanches au fil du temps. son pull fétiche était lui aussi marqué par l’usure du temps. c’était un simple pull à col roulé, légèrement trop grand que sa grand-mère lui avait acheté sur une échoppe d’un marché. pour décorer ce haut, elle portait deux colliers, de longueurs différentes avec, au bout de chaque, des pendentifs qu’elle avait trouvé en fouillant dans de vieilles boîtes à bijoux chez cette même grand-mère. elle enfilait également chaque jour une très fine bague en or appartenant autrefois à sa grand-tante. de nature très ponctuelle, elle ne supportait pas de ne pas porter de montre. le pantalon dans lequel elle se sentait le mieux était brun et avait une coupe droite, taille haute. on aurait dit qu’il avait été fabriqué sur mesure pour elle tellement il lui allait bien. elle mettait quand même une ceinture même si elle n’en avait pas besoin, juste pour ajouter un petit quelque chose à sa tenue. elle était grande et plutôt mince. surtout, elle était très belle, ce genre de beauté irréelle qui peut obséder nuit et jour. cette fille était pour moi ce que Calliope a pu être pour Apollon.

Publicité

Publié par juhmrs

belgian photographer and writer :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :