Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

lifestyle #3 : écrire une courte histoire

Pour ce nouvel article, je te propose quelques conseils et ma façon de faire pour écrire un court texte, une petite histoire ou une nouvelle.

Évidemment je ne suis pas une célèbre auteure, renommée dans le monde entier 😉 mais ces conseils pourraient aider quelques personnes qui voudraient se libérer en écrivant…

conseil n°1 : déterminer le thème

Pour commencer, il faut bien avoir en tête le thème principal de l’histoire que tu veux écrire. Amour, rupture, description, etc : beaucoup d’options s’offrent à toi ! Personnellement, j’affectionne énormément les petites histoires d’amour où un peu tout le monde s’y retrouve ou encore les descriptions de personnages qui sortent des normes imposées pas la société. À toi de voir ce que tu préfères…

conseil n°2 : déterminer le genre

Un poème, une nouvelle (donc un peu plus long) ou un court récit ? Détermine à l’avance ce que tu veux faire pour ne pas trop te perdre quand tu commences. Si tu optes pour une nouvelle plus longue, pourquoi ne pas établir un schème (vite fait) des personnages et du fil de l’histoire afin d’éclaircir tes idées ? Rien ne t’empêche de te laisser quand même guider par ton inspiration, phrase après phrase. Le mieux c’est de structurer à l’avance et en commençant à écrire, de te laisser aller en fonction de ton imagination et de ton inspiration du moment.

conseil n°3 : défendre une cause

Quand j’écris, je parle très souvent de quelque chose qui me tient à cœur, soit directement soit un peu plus subtilement. J’essaye de défendre des causes que je trouve justes. Par exemple, j’aborde souvent la cause LGBTQ+, j’ai parfois parlé de la violence conjugale, j’écris énormément, plus subtilement, contre les « normes de la beauté » imposées par la société, bref : trouve une (ou plusieurs) cause que tu as envie de défendre. Je pense sincèrement que tu auras plus facile à écrire si c’est quelque chose qui te touche et ce sera plus sincère donc ça touchera également tes lecteurs.

conseil n°4 : s’inspirer

Pour écrire, il faut de l’inspiration mais ce n’est pas toujours facile de la trouver celle-là… Essaye de trouver un lieu, une musique, un film, un livre ou tout simplement une ambiance particulière qui t’inspire à tous les coups. Ce n’est pas facile mais une fois que tu l’auras trouvé, ta plume glissera toute seule sur le papier.

conseil n°5 : privilégier le papier

C’est peut-être moins pratique (et écologique…) mais munis-toi d’un petit calepin et de ton stylo préféré partout où tu vas et évite l’ordinateur ou le téléphone. Dans ton calepin, tu conserveras toutes les modifications que tu as apporté à ton texte, du premier jet jusqu’à la version finale (celle où tu décides de ne plus rien modifier, même si un texte est modifiable à l’infini), ce n’est pas le cas sur l’ordinateur ou le téléphone, tu effaces et c’est perdu 🤷‍♀️. Dans ton calepin, tu pourras ainsi voir tout le chemin parcouru et parfois, c’est motivant. Mais je t’en supplie, privilégie du papier recyclé et n’use pas tes feuilles inutilement 😉 !


Et maintenant, à toi de jouer !

Si jamais tu écris un petit quelque chose, je serais ravie de le poster (en te citant ou en anonyme) sur mon blog et donc le faire découvrir à quelques personnes. Je te mets mon adresse mail juste là si l’inspiration viens jusqu’à toi 😉

juliette.hmrs@gmail.com

Publicité

série : ‘special’

informations générales :

d’après le livre ‘I’m special : and other lies we tell ourselves’ de Ryan O’Connell

réalisation : Ryan O’Connell

production : Ryan O’Connell & Sheldon Cooper

scénario : Ryan O’Connell

acteurs principaux :

  • Ryan O’Connell dans son propre rôle
  • Jessica Hecht dans le rôle de Karen, la mère de Ryan
  • Punam Patel dans le rôle de Kim

sortie : 2019

disponible sur Netflix (Belgique)

genre : comédie (auto)biographique


résumé :

Après avoir été renversé par une voiture, Ryan, atteint de paralysie cérébrale et gay, débute un stage pour un magazine en ligne. Il saisit alors une occasion inespérée de se réinventer.

inspiré de https://www.netflix.com/title/80987458


mon avis :

C’est une super série !

Tout d’abord, la saison 1 ne se compose que de huit épisodes qui sont très courts (à peu près 15min). J’ai donc pu la regarder en une fois, ce que j’adore pour une série légère.

Ensuite les personnages sont géniaux ! Ils sont tous très attachants. Et en plus, le jeu des acteurs est assez bien. J’ai vraiment adoré les personnages, surtout Ryan !

Pour terminer, les différentes thematiques abordées dans cette série sont toutes super intéressantes ! L’handicap, l’orientation sexuelle, la relation avec les parents ou encore le travail, tout est subtilement (ou parfois pas) présenté et amené avec beaucoup de légereté et d’humour.

Pour conclure, je vais simplement t’inviter à aller voir cette série si ce n’est pas encore fait.


ma note :

🌟 : 7,5/10


et toi ?

Déjà vu ? J’adorerais avoir ton avis sur la série ou sur l’article.

recueil de nouvelles

par Juliette Hmrs (tous droits réservés)


prologue

Nous sommes incapables de changer l’histoire personnelle qui nous constitue. Nous sommes l’accumulation des paradoxes que la vie a mis sur notre chemin, stimulants ou atterrants, porteurs d’une lumière cristalline ou des plus denses ténèbres.

Douglas Kennedy

Nous avons tous une histoire particulière.

La mienne ? Elle se trouvera peut-être à l’intérieur de ce recueil.

Bienvenue dans leur vie.


chapitre I : la vivante

Elle regardait le soleil se coucher, son père lui racontait de petites histoires qu’elle croyait, évidemment. Elle était naïve à cette époque ; elle l’est toujours un peu. Les gens disent : « C’est un joli défaut. » Et elle en est fière. Elle est fière de ce qu’elle est et de ce qu’elle est devenue. Elle est fière de ses origines et de ses valeurs. Elle est elle-même et elle aime ça. Elle se sent bien. Elle vit sa vie. Elle profite de chaque instant de bonheur car celui-ci est éphémère et disparaît aussi vite qu’il n’apparait. Alors, elle profite. Elle rit, elle pleure, elle aime comme si c’était la dernière fois. Elle vit, tout simplement.


chapitre II : la rêveuse

Et elle regardait l’horizon, admirant les bâtisses et leurs habitants sur les balcons, une tasse de café à la main. Elle les imaginait, derrière les hautes fenêtres de leurs appartements, à rire ou se disputer. Parfois, elle en apercevait certains en train d’écouter de la musique et de danser ou d’autres faisant l’amour dans leur étroit canapé. Elle se voyait à la place des oiseaux, libre. Qu’est-ce qu’elle aimerait partir loin, seule et faire ce qu’elle aurait envie. Elle rêvait beaucoup de nouveaux horizons. Puis soudain, ce garçon la sortit de sa rêverie.

Et elle n’eut plus jamais envie de voyager seule.


chapitre III : le groupe de potes

Laissez moi vous présenter le lituge, un groupe de potes très unis entre eux. Ils sont six : Ophélie, Tiphaine, Nash, Robin, Julie et Théophile.

La plupart se connaissent depuis qu’ils sont enfants. Par exemple, Nash et Ophélie sont nés à Londres et ne se sont que rarement quittés. Leurs pères ainsi que le père de Robin et Julie, des jumeaux, étaient de très bons amis. Théophile est arrivé dans la bande lorsqu’ils étaient basés sur Paris puis ils ont fait la connaissance de Tiphaine à Grenoble.

Ils se retrouvent le plus souvent possible dans un vieux dépôt qu’ils ont racheté pour trois fois rien à un vieux fermier. Ils souhaiteraient l’aménager en bar, où des groupes de musiques amèneraient une ambiance jazzy. Ils s’y voient déjà : Ophélie y chanterait de temps en temps, Tiphaine s’occuperait de la paperasse, Théophile et Nash feraient de mignons serveurs, Julie et Robin concocteraient des cocktails à tomber par terre. Qu’est-ce qu’ils s’amuseraient !

En attendant, ils continuent de se voir, de danser, de rire, de profiter de la vie entre potes. Ils sont unis et rien ne pourra changer cela. Un pour le lituge et le lituge pour un !


chapitre IV : l’amoureuse d’une fille

T’es rentré dans ma chambre
Et tu m’as parlé calmement.
Tu m’as demandé gentiment
Ce que m’avait fait Ambre.
J’t’ai répondu qu’elle m’avait dit
Qu’c’était plus possible comme vie,
Qu’elle en pouvait plus d’se faire insultée
Juste parce qu’on s’était embrassée.
Elle m’a raconté en pleur
Qu’un mec dans l’bus,
S’était fait insulté d’suceur
Et qu’il était amoureux en plus.
J’lui ai dit que c’était des rageurs,
Qu’nos amis avaient plus de valeur.
Elle m’a répondu que j’comprenais jamais rien.
J’lui ai dit qu’elle s’inquiétait pour rien.
Elle m’a dit :
« J’t’aime fort Clo’,
C’est promis ! »
J’entends encore son écho.
J’l’ai embrassée,
Elle a pas riposté.
J’étais prête à crier victoire !
Mais elle m’a dit : « J’veux plus te voir. »


chapitre V : le largué

J’suis peut-être plus rien pour toi, mais sache au moins que toi, t’es tout pour moi. Mon cœur bat pour toi. Ma tête pense à toi. Mes poumons respirent ton odeur. Mes yeux ne voient que toi. Mes oreilles n’entendent que ton rire. Ma bouche ne désire que tes lèvres. Tout mon corps ne vit que pour toi. 
Ton cœur bat pour lui. Ta tête pense à lui. Tes poumons respirent son odeur, à lui. Tes magnifiques yeux bleus ne voient que les siens, verts en été et bleus foncés en hiver. Tes oreilles n’entendent que son rire, à lui. Ta bouche ne désire que ses lèvres pulpeuses, à lui. Tout ton corps ne vit que pour lui, pour son corps d’athlète. 
Je t’aime. Tu l’aimes. 
On se connaît depuis toujours, toi et moi. On est inséparable. On était inséparable jusqu’à ce qu’il arrive et nous sépare.


chapitre VI : la mariée gâtée

Elle l’attendait patiemment, à côté de la gare, sur un banc. Elle attendait qu’il vienne la chercher. C’était un vendredi. Annabelle revenait passer le week-end chez Thibault, son mari, comme chaque fois depuis qu’elle s’était faite mutée. Elle lui laissait des millions de messages, il ne répondait pas. Elle attendait dehors depuis plus de deux heures et il n’était pas encore arrivé. Pourtant, elle l’avait prévenue de l’heure où le train arrivait. Habituellement, il n’était jamais en retard. Elle décida alors de prendre le bus qui l’amènera jusqu’à chez elle où elle espérait trouver son mari. Une fois arrivée devant sa maison, Annabelle aperçut une banderole où était écrit « Joyeux anniversaire ! » décorer la porte d’entrée. Elle entra dans sa maison et découvrit sa famille, ses amis et Thibault lui chantant une quelconque chanson d’anniversaire. Émue, elle se précipita dans les bras de son mari. Pour elle, son anniversaire était un jour comme les autres mais pour lui, toutes les occasions étaient bonnes pour la surprendre et la gâter.


chapitre VII : le mari violent

Il l’a frappée. Au visage, au ventre. Il a osé lever la main dessus. 

Au début, il rentrait saoul et élevait le ton. 

Ensuite, il l’insultait de plus en plus. 

Il y a 5 mois environ, il a commencé à être violent. Violent physiquement, je veux dire. 

Une fois, il l’a giflée car le dîner n’était pas encore prêt quand il était revenu du boulot. 

Chaque soir, il rentrait plus ivre encore et était trop violent. 

Elle n’en parlait pas, à personne. Elle encaissait et gardait tout en elle. 

Un jour, elle avait fait sa valise. Elle comptait partir, divorcer et refaire sa vie. Elle pensait qu’il était au travail. 

Mais, ce jour-là, lorsqu’elle sortit de la maison, la valise à la main, il la rattrapa. Les voisins les aperçurent rentrer dans leur maison. 

Ensuite, plus personne ne les vit, ni elle, ni lui.


chapitre VIII : la surfeuse

La mer, la plage, les mouettes,… 

Pour elle, c’était le lieu de tous les possibles. Le lieu où personne ne connaissait le mot « impossible », qu’importe la langue qu’on parlait.

Le lieu où elle trouverait peut-être ce qu’elle cherchait depuis si longtemps. 

Elle aimait ce lieu bien plus qu’elle ne l’aimait lui. Il lui avait demandé de choisir et elle avait choisi. 

Elle avait aimé ce garçon, mais maintenant c’était terminé.


chapitre IX : l’automobiliste

C’était plus qu’une passion, une addiction. Il roulait, il voyageait. Il parcourait des centaines de kilomètres. Il adorait ça. Mais un jour, tout s’arrêta. Cet accident eu lieu. Il ne pouvait plus rouler. Les médecins ne sont pas très optimistes mais lui se dit : « un jour peut-être. » L’espoir fait vivre, n’est-ce pas ?


chapitre X : le sauveteur

Il sauve des vies et il adore ça. C’est comme quand son père lui a appris à nager. Il serait tellement fier de son fils s’il était encore là. Mais le destin en a décidé autrement. Le jeune sauveteur n’est pas triste ou en colère de ne plus avoir son père auprès de lui, il sait que la fin est éphémère. Il rejoindra son père dans le ciel un jour ou l’autre. C’est ce qu’il se répète quand il sauve des vies en pleine mer : la fin est éphémère…


chapitre XI : l’éboueur

Il faisait ce métier. Il en était fier. Sauf quand les passants dans la rue le regardaient avec mépris. Sauf quand il avait l’impression d’être comme tout ce qu’il ramassait : un déchet. Sauf quand il se faisait insulter parce qu’il vidait des poubelles à longueur de journée. Mais il était fier de contribuer à nettoyer cette planète. Ce n’est pas qu’un métier, c’est un geste pour l’humanité.


chapitre XII : le meilleur ami mort

Tu étais l’homme de ma vie.

Tu étais mon confident.

Tu étais mon meilleur ami.

Tu étais mon chauffeur.

Tu étais celui qui venait me chercher en vélo pour aller à la plage.

Tu étais le premier garçon que j’ai invité chez moi.

Tu étais celui qui venait chez moi à 4 heures du matin parce que je n’arrivais pas à dormir.

Tu étais celui qui m’expliquait la matière en math.

Tu étais celui qui m’aidait à tricher quand j’avais pas eu l’envie d’étudier le test de chimie.

Tu étais celui avec qui je faisais les magasins.

Tu étais celui avec qui je jouais à la Wii les samedis pluvieux.

Tu étais celui avec qui j’ai fait les 400 coups.

Tu étais celui qui me chantait des berceuses.

Tu étais celui qui me remontait le moral.

Tu étais le premier avec qui je faisais des photos quand il y avait du soleil.

Tu étais celui avec qui j’ai voyagé au bout du monde.

Tu étais celui qui m’a appris à regarder les étoiles.

Tu étais celui qui me rappelait d’où je viens.

Tu étais tout ça et bien plus.

Tu étais vivant.


chapitre XIII: le mortel

Comment accepter de devoir attendre la mort ? Comment expliquer à la femme qui compte le plus pour vous que les médecins ne peuvent plus vous soigner ? Comment accepter qu’il ne vous reste plus que quelques années à vivre ? Comment profiter de la vie en sachant que vous allez, ou plutôt, que vous devez mourir ? Toute ces questions que je me pose resteront à jamais sans réponses. Mais j’ai appris à faire avec. Je continue de sortir avec mes amis, de passer des samedis entiers avec ma famille, d’aller au restaurant avec ma copine, etc. J’ai appris à vivre lorsqu’on m’a annoncé, étant petit, que ma maladie incurable m’avait condamné à mort depuis bien longtemps déjà.


chapitre XIV : l’immortelle

Une seconde passe très vite. Une minute passe vite. Une heure passe assez rapidement. Une journée passe un peu moins rapidement. Une semaine passe moins vite. Un mois passe beaucoup moins vite. Une année passe doucement. Plus la durée est longue, plus elle passe lentement. Mais l’exception à la règle est une vie. Une vie entière passe vite ; même pas le temps de la voir commencer qu’elle est déjà finie. Parfois on aurait envie de remonter dans le temps, de l’arrêter. Cela ne servirait à rien pour moi. Ma vie passe très vite, c’est vrai. Mais ce que vous ne savez pas c’est que je suis immortelle ; ma vie est infinie, peu importe la vitesse à laquelle elle passe.


lifestyle #2 : les festivals

Dans cet article, je vais te parler des festivals que j’ai fait cet été, des artistes que j’ai applaudi et des festivals que j’aimerais faire à l’avenir. C’est parti !


C’est la première année que je vais vraiment en festival et donc je n’en ai pas fait beaucoup et pas des très gros même si à eux deux, les Francos et Ronquières contabilisent environ 200 000 festivaliers.


Francofolies de Spa

L’année dernière j’y étais allée seulement 1 jour, pour voir Roméo Elvis. J’avais également vu Lost Frequencies et découvert l’Or du Commun.

Cette année, j’ai eu plus de chance puisque j’y suis allée tous les jours. Voici mon récapitulatif de ces 4 jours de folie…

jour 1

la chanteuse française, Suzane
le duo belge, Juicy
la chanteuse belge, Claire Laffut

et pour terminer : le duo de dj français, Ofenbach

jour 2

mon groupe préféré ❤
le groupe français, Hyphen Hyphen
le rappeur français, Orelsan

et pour finir : le dj français, Alex Germys

jour 3

le chanteur belge, Mustii

bien évidémment : Patriiiick Bruel

et pour terminer : le dj belge, Kid Noize

jour 4

on a commencé la journée en se reposant près des plus petites scènes

découverte du « rappeur » belge : Arty Leiso
la chanteuse belge, Angèle ❤
la femme de ma vie 😉
la chanteuse française, Clara Luciani
et pour finir ce festival en beauté, le groupe français : Bagarre

Ronquières Festival

jour 1

C’est la première fois que j’y allais et c’était vraiment bien !

retrouvailles avec les belges, Juicy et Claire Laffut, déjà vues aux Francos

la chanteuse québécoise, Coeur de Pirate

la chanteuse belge, Typh Barrow
le rappeur français, Lomepal

et pour terminer : les dj belges, Todiefor et Kid Noize

jour 2

regardez-moi ce sourire !
la chanteuse française, Clara Luciani (encore)
le rappeur français, Eddy de Pretto

et pour finir : le groupe belge, Hooverphonic


En gros, cette saison des festivals a été riche en émotions, en découvertes et en bonheur absolu !


L’année prochaine, j’espère avoir l’occasion d’aller aux Ardentes, au moins pour un jour. Peut-être retourner aux Francos et à Ronquières, en fonction des artistes qui y seront. Dour, Rock Werchter et Esperanzah sont à envisager également…


Et toi ? Tu as fait des festivals cet été ou tu en as de prévus pour l’année prochaine ? Dis-moi tout !


3 petites vidéos sont disponibles sur ma chaîne youtube pour te plonger encore mieux dans l’ambiance :

https://www.youtube.com/channel/UCf5BPZx5uhKnHQ0qbh6N9QA

N’hésite pas à y faire un tour !

livre : ‘tortues à l’infini’

informations générales :

titre original : ‘turtles all the way down’

auteur : John Green

édition en Belgique et France : Gallimard

genre : fiction, jeune adulte

sortie : 10 octobre 2017 par Dutton Books


résumé :

Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy, la tornade, et vous aimerez Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu.

Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités…

emprunté à https://www.babelio.com/livres/Green-Tortues-a-linfini/986529


mon avis :

J’ai adoré ce livre de John Green, comme tous les autres de sa part !

Tout d’abord, le thème mélangeant amour, amitié, argent et problème psychique est superbement mené, du début à la fin. L’histoire d’Aza, soumise à ses pensées obsessionnelles, de Davis et Noah, sans nouvelles de leur père, et de Daisy, dont l’amitié avec Aza n’est pas de tout repos, est très touchante et racontée avec légèreté, comme cet auteur sait si bien le faire.

Ensuite, les personnages sont construits avec beaucoup d’intelligence afin de les rendre crédibles, réalistes et attachants. Nous n’avons plus envie de quitter Aza et les autres ! Sans oublier le tuatara…

Pour terminer, la fin est amenée simplement et clairement. Il ne s’agit ni d’une fin improbable et sans sens ni d’une fin que nous connaissons depuis longtemps. Il s’agit d’une fin dont nous pouvions nous douter mais que nous n’espérions pas, et ce n’est pas si mal.

En conclusion, tout fait en sorte que ‘tortues à l’infini’ soit un magnifique livre, que je recommande absolument !


ma note :

🌟 : 7,5/10


passage marquant :

« C’est bien gentil tout ça, monsieur le scientifique, mais la vérité, c’est que la Terre est une surface plane posée sur le dos d’une tortue géante. » Le scientifique, qui a envie de se payer la tête de la vieille dame, lui demande alors : « Dans ce cas, sur quoi repose la tortue géante ? » Et la femme lui répond : « Eh bien, elle se tient sur la carapace d’une autre tortue géante. » Cette fois, le scientifique est agacé et il lui rétorque : « Dans ce cas, sur quoi repose cette tortue-là ? » Et la vieille dame lui lance : « Mais monsieur, vous ne comprenez pas. Ce sont des tortues à l’infini. »

John Green, « tortues à l’infini »

et toi ?

Déjà lu ? Un avis sur le livre ou sur l’artcile ?

la fille de la boîte de nuit

Nous sommes samedi soir. Je suis en boîte avec mon meilleur ami, Théophile. Comme si ce n’était qu’un jeu, il drague quelques jolies filles. Je suis en train de nous prendre un verre lorsque je la vois.

Elle porte une longue robe bordeaux et de basses converses blanches aux lacets noirs. Ses cheveux foncés ondulent avec l’agitation des gens aux alentours. Ses yeux pétillent grâce aux néons du bar. Elle resplendit. À côté d’elle, les beaux garçons que j’ai l’habitude de fréquenter, bien que rarement, ne valent plus rien.

Je m’assieds au bar pour la contempler et après quelques minutes, elle me rejoint. Je lui propose un verre, « pas d’alcool pour moi » me répond-elle. On échange quelques mots, on se moque des ivrognes sur la piste de danse. Quand Théophile me rejoint, il n’hésite évidemment pas à l’inviter à danser. Et moi, avec mon mojito en main, je les regarde se trémousser. J’ai toujours été un peu jalouse de mon meilleur ami. Il parvient toujours à ramener qui il veut dans son lit, sans le moindre effort. C’est vrai qu’il a beaucoup de charme mais j’espère qu’il ne lui donnera pas son numéro.

Théophile a laissé son téléphone sur le bar et je vois qu’il sonne. Je le lui donne et il sort pour décrocher. Sa partenaire de danse me rejoint au bar en souriant.

-Il est doué hein ?

-Il sait s’y prendre, mais ce n’est pas mon genre, me répond-elle.

-Et c’est quoi ton genre ?

Suite à ma question, elle feint ne pas l’entendre puis change de sujet en me parlant des délicieux cocktails qu’on sert à ce bar, de la musique trop monotone, des toilettes toujours sales et des soûls dégueulasses qui accostent chaque femme qui passe. Je me lance quand même à lui demander son prénom, Julie, puis nous continuons à discuter et à faire connaissance.

Vers deux heures, je reçois un sms de Théophile.

Théo : J’ai branché une meuf, je l’emmène chez moi. Débrouille-toi pour rentrer…

Cléo : Putain mec tu fais chier ! J’ai même plus de thune pour prendre un taxi !

Théo : Chauffe un mec qui te ramènera ou téléphone à tes parents… Trouve une solution comme une grande !

En voyant mes sourcils plissés, Julie me questionne puis me propose de me raccompagner.

On roule un bon quart d’heure avant d’arriver dans mon quartier. On discute énormément, elle a l’air très intelligente et marrante.

-Voilà, tu peux te garer juste là. Merci beaucoup pour le trajet !

-Je me tape l’autre bout de la ville à deux heures du matin et je n’ai même pas droit à une petite visite guidée ?

Je lui fait alors visiter ma maison en vitesse. Puis je lui montre ma chambre, mes décorations, les photos accrochées sur les murs, etc. Comme une hôte parfaite, je lui propose à boire, « un verre de vin, si tu as ». Quelques minutes plus tard, je remonte dans ma chambre avec nos verres et je l’aperçois en train d’admirer ma copie d’un tableau peu connu de Van Gogh.

-Tu aimes l’art, me demande-t-elle.

-Oui, en particulier la peinture et le dessin.

-Et tu peints ou tu aimes juste regarder les peintures des autres ?

-Non, non je peints aussi énormément. J’aimerais intégrer une école d’art l’année prochaine mais mes parents ne m’encouragent pas vraiment dans cette direction.

-Tu me montres ce que tu fais ? Puis après j’irai botter le cul de tes parents !

On s’assied sur mon lit et je lui montre alors quelques unes de mes toiles puis le portfolio contenant mes oeuvres préférées. On parle ainsi quelques minutes, notre verre de vin vide en main.

A cet instant, j’ai comme l’impression de la connaître depuis si longtemps. Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Suis-je en train de craquer pour une fille que je connais à peine ? 

Je suis perdue dans mes pensées lorsque je me rend compte qu’elle me regarde en riant.
– Désolée… J’étais dans la lune… 
– Et à quoi tu pensais pour sourire comme ça ?
– Hum… À toi… Je… Je me disais que… Que tu étais… Ben euh… Très gentille… Et euh… Que c’est chouette de parler avec toi… Et bah… Euh… J’ai surement bu un peu trop…

Elle se met alors à rire. En croisant mon regard dans le miroir, je vois que je suis devenue toute rouge. J’essaye calmement de reprendre mes esprits quand elle se penche vers moi et m’embrasse. Je m’éloigne d’elle puis la regarde attentivement et lui rend son baiser, jusqu’à en perdre le souffle. On termine la nuit ensemble, comme seule chaleur nos corps entremêlés, sous mon plafond parsemé d’étoiles en plastique fluorescentes.

Le lendemain, je me réveille mais ne la sent pas près de moi. Quelques minutes plus tard, elle arrive avec un plateau petit-déjeuner.

-Ne me dis pas que tu as croisé mes parents !

-Si, ils étaient ravis de sentir la bonne odeur des pains au chocolat pour lesquels je me suis levée très tôt.

-Tu fais ça pour toutes tes conquêtes ou seulement celles avec la gueule de bois ?

-Avec toutes, c’est certainement pour ça que je suis une éternelle célibataire et toujours vierge, me répond-t-elle en rigolant.

Nous passons les jours suivants, mais surtout les nuits suivantes à faire l’amour ou à se coucher dans l’herbe fraîche pour regarder les étoiles. Un jour je l’emmène dans un musée, le jour suivant elle me fait visiter de superbes lieux méconnus des touristes. Bref, on passe d’agréables moments ensemble.

-Cléo ? m’appelle-t-elle, quelques mois plus tard, c’est toi mon genre.

Puis elle me glisse quelques choses à l’oreille…

(je t’aime)

lifestyle #1 : le tennis

Aujourd’hui j’aimerais te parler de tennis ! J’adore regarder ce sport à la télévision et je rêve de pouvoir assister à un match de grand Chelem. Donc je me suis dit : « Pourquoi pas en parler sur mon blog ! ».


Avant de continuer, j’aimerais juste préciser que je ne joue pas au tennis et donc je donne mon avis en tant que spectatrice. De plus, je n’ai aucune envie de rentrer d’en une analyse trop technique donc je vais rester assez vague.


Pour commencer, voici mon top 3 des joueurs en simple messieurs :

3. David Goffin

Évidemment, il faut bien qu’un belge soit dans mon classement ! Plus sérieusement, je trouve qu’il s’améliore à chaque match. Je n’aurais jamais pensé qu’il arriverait à prendre un set à Nadal lors de Roland Garros mais il l’a fait ! Ça prouve vraiment son évolution surtout au niveau mental.

2. Dominic Thiem

Je trouve qu’il joue vraiment bien et j’ai vraiment été impressionnée par son évolution lors de Roland Garros ! J’ai l’impression qu’il est très calme et en plus de ça, il a beaucoup de charme.

1.Rafael Nadal

Je sais que certains ne seront pas d’accord avec moi de le mettre en n°1 mais je l’adore ! Déjà, ça me fait toujours rire de voir tous les tiques qu’il a. Et en plus de ça, j’admire sa volonté ! Même s’il gagne déjà 5-1, il aura quand même la rage de ne perdre aucun point. Pour moi, c’est une machine.

2. Dominic Thiem


Enchaînons avec mon top 3 des joueuses en simple dames :

3. Naomi Osaka

BNP Paribas Open - Day 14

J’ai eu beaucoup de mal à la départager de Serena Williams mais j’y suis finalement parvenue. C’est une très grande joueuse, combative et talentueuse, mais ça c’était la même chose pour Serena. Le petit plus de Naomi Osaka est, je dirais, son sourire…

2. Kristina Mladenovic

kristina-mladenovic-mutua-madrid-open-tennis-may-2017-1_thumbnail

Je l’adore, particulièrement en double mais ça j’y reviendrai plus tard. En simple, elle n’est peut-être pas aussi douée que son compagnon Dominic Thiem mais j’apprécie vraiment de regarder ses matchs car elle a cette envie et cette passion qui se traduisent si bien par son poing levé.

1.Simona Halep

Comment ne pas pouvoir la mettre en n°1 ? Je la trouve à la fois douce et forte, elle a toujours la rage d’aller chercher la victoire ! Elle me vend du rêve à chacun de ses matchs ! En plus de ça, elle est très charismatique et évidemment hyper talentueuse.


Je te propose maintenant mon top 2 (oui je n’ai pas su me décider pour le choix d’un n°3) des doubles femme, homme et mixte confondus :

2. Andy Murray & Serena Williams

Wimbledon

Un duo surprenant ! Peut-être pas tant que ça en fait… Après avoir essuyé beaucoup de refus de potentielles partenaires, Andy Murray s’était résigné à ne pas se présenter en doubles mixtes à Wimbledon jusqu’à ce que Serena Williams annonce être disponible. Un duo formé sur le tard mais très convaincant ! A eux deux, ils contabilisent quand même 26 titres en Grand Chelem ! Bref, j’ai été très heureuse de retrouver Andy Murray, et en bonne compagnie en plus.

1.Kristina Mladenovic & Timea Babos

mw-860

Un duo d’amies mais surtout un duo gagnant ! Des automatismes se sont créés entre elles, leur permettant en 2019 de remporter Roland Garros et d’aller jusqu’en demi finales à Wimbledon.


Ensuite, j’aimerais te parler des victoires à Roland Garros cette année (je ne parle que des catégories pour lesquelles j’ai regardé plusieurs matchs) :

  • en simple messieurs, la victoire du favori, Rafael Nadal. J’avais tellement envie qu’il la gagne cette finale ! A chaque fois qu’il porte cette coupe, j’ai des frissons. Je trouve sincérement qu’il la méritait, encore une fois. J’espère quand même qu’il laissera la place à quelqu’un d’autre l’année prochaine…
  • en simple dames, Ashleigh Barty l’a emporté contre Vondrousova. Je ne vais pas m’attarder là dessus mais je pense qu’elle l’a mérité car c’est une très bonne joueuse.
  • en double dames, victoire du duo Kristina Mladenovic & Timea Babos. Le match de finale était vraiment génial ! Les deux équipes ont très bien joué. Voir ces deux amies soulever la coupe ensemble m’a fait super plaisir car elles le méritent amplement ! Elles ont vraiment beaucoup donné ce tournoi.

Et maintenant les victoires à Wimbledon cette année (encore une fois je ne parle que des catégories pour lesquelles j’ai regardé plusieurs matchs) :

  • en simple messieurs, de superbes demi-finales et une affiche de légendes pour la finale ? Pour moi qu’importait le résultat, j’étais contente. Je n’ai pas eu l’occasion de voir la finale mais vu les résultats, ça n’a pas été facile pour Novak Djokovic d’aller chercher son cinquième titre à Wimbledon.
  • en simple dames, ma favorite Simona Halep l’a emporté 6-2, 6-2 contre Serena Williams. Je pense qu’elle le méritait amplement ! Comme lors de Roland Garros 2018, j’étais si émue de la voir soulever cette coupe ! Elle a vraiment fait du bon travail.

Pour terminer, je te propose de te citer 5 records du tennis (évidemment je ne les cite pas tous, il y a internet pour ça…) :

  • trois joueurs ayant atteint les finales des quatres tournois de Grand Chelem durant une année : Roger Federer (2006,2007,2009), Novak Djokovic (2015) et Justine Henin (2006)
  • cinq joueurs ayant remporté les quatres tournois de Grand Chelem durant leur carrière : Roger Federer, Novak Djokovic, Rafael Nadal, Serena Williams et Maria Sharapova
  • le match le plus long : John Isner bat Nicolas Mahut en 5 sets (le cinquième set : 70-68, ayant duré 8h11) en 11h05 (sur trois jours)
  • en 1984, Vicki Nelson bat Jean Hepner en deux sets en 6h31; un seul échange lors du second set a duré 29min et a nécessité 643 coups
  • le record de vitesse d’un service et ainsi que celui du nombre d’aces dans une seule rencontre sont détenus par John Isner et sont de 253km/h et 113 aces

Et voilà, je vais m’arrêter ici pour le tennis même si j’aurais pu continuer à écrire encore des heures et des heures !

J’aimerais savoir si ce genre d’articles t’intéresse et si tu aimerais en voir d’autres comme celui-ci. Dis-moi tout en commentaire !

film : ‘les figures de l’ombre’

informations générales :

titre original : ‘hidden figures’

d’après le livre ‘hidden figures’ de Margot Lee Shetterly

réalisation : Theodore Melfi

production : Donna Gigliotti

scénario : Theodore Melfi et Allison Schroeder

acteurs principaux : 

  • Taraji P. Henson dans le rôle de Katherine Johnson
  • Octavia Spencer dans le rôle de Dorothy Vaughan
  • Janelle Monae dans le rôle de Mary Jackson
  • Glen Powell dans le rôle de John Glenn 
  • Kevin Costner
  • Kirsten Dunst
  • Jim Parsons

sortie : 2017

indisponible sur Netflix (Belgique)

genre : drame biographique

prix et nominations : 

  • deux nominations ‘meilleur film’
  • trois nominations ‘meilleure actrice dans un second rôle’ pour Octavia Spencer
  • trois nominations ‘meilleur scénario adapté’
  • une nomination ‘meilleure musique’
  • un prix ‘meilleur ensemble d’acteurs’

résumé :

Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson sont les cerveaux derrière le premier voyage spatial habité réussi par les Américains en 1962. Ces trois Afro-Américaines travaillaient pour la NASA et ont permis à l’astronaute John Glenn de réaliser son premier vol en orbite. Le trio visionnaire a su surpasser les questions raciales et de genre et a jeté les bases du programme spatial qui a abouti à la vision du premier homme sur la Lune.

inspiré de https://cinebel.dhnet.be/fr/film/1016637/Les%20Figures%20de%20l%27ombre


mon avis :

Ce film est à voir sans hésitation !

Tout d’abord, l’histoire du roman de Margot Lee Shetterly ici adapté en un long-métrage est tout simplement excellente. Nous nous plongeons sans problèmes, bien qu’avec beaucoup de peine, dans le calvaire que vivaient autrefois les personnes Noires et les femmes. J’ai vraiment été abasourdie devant le niveau atroce de ségrégation qu’elles devaient faire face et j’ai justement trouvé magnifique de suivre ces trois femmes Noires faire leurs premiers pas à la NASA ou à l’université, qui sont des milieux d’hommes blancs.

Ensuite, les personnages sont vraiment attachants. Katherine, Dorothy et Mary sont trois femmes fortes, courageuses et battantes. Elles combinent leur vie de famille et leur travail tout en faisant face aux discriminations qu’elles subissent au quotidien. Je trouve sincèrement que ce sont de fabuleux modèles à suivre.

Enfin, je ne m’étais jamais intéressée au sujet ni à la NASA mais ce film a éveillé ma curiosité. Je pense qu’il y a beaucoup de choses à apprendre sur les missions spatiales accomplies et les méthodes utilisées donc je vous invite à faire quelques recherches supplémentaires. J’ai effectivement apprécié voir comment se déroulait les préparatifs à une mission spatiale.

Je recommande ce film à tous afin de se rendre compte de la ségrégation d’autrefois, sans oublier qu’elle existe toujours, mais également afin de passer un bon moment au plus proche de l’espace.


ma note :

🌟 : 9/10


et toi ?

As-tu déjà vu ce film ou lu le livre ? J’adorerais avoir ton avis !

recueil d’amour

par Juliette Hmrs (tous droits réservés)


prologue

Aimer, c’est savoir dire je t’aime sans parler.

Victor Hugo

Lorsque je te regarde, je comprends alors l’amour. Je ne ressens ni joie, ni tristesse, ni peur, ni tendresse. Je ne ressens que de l’amour, de l’amour et rien que de l’amour.

J’écris en effet ce recueil pour toi. J’aimerais que tu comprennes à ton tour l’amour. Je veux que tu saches ce que je ressens pour toi.

Peut-être éprouves-tu ce même sentiment ?


chapitre premier

– Aimer ? Mais qu’est-ce que l’Amour ?

– L’Amour, Il est dans mes yeux lorsque je te regarde, chaque seconde. Il est dans ton regard lorsque tu le poses sur moi, ce regard rempli d’un feux d’artifice. L’Amour, c’est en même temps aimer et être aimé. L’Amour, j’y goutte un peu plus à chaque moment passé avec toi. L’Amour, ô l’Amour, qu’est ce que c’est beau l’Amour. L’Amour avec un grand A, c’est cette chose que tu sens dans ton ventre et dans ton coeur quand tu regardes tes proches. Tu comprends, maintenant, ce qu’est l’Amour ?

– Non, pas vraiment…

-Cela ne fait rien, je vais te le montrer.


chapitre second

Je regarde mon verre et je pense à toi. 
Le bleu de la mer me rappelle tes yeux. 
Je pense à toi et je sombre. 
Je sombre dans l’océan de toi.


chapitre troisième

Au son des lumières je tangue.

A la clarté de ta voix je tangue.

Je te regarde et je t’écoute.

Je t’embrasse et je t’aime.

Je tangue et je tombe.

Je meurs (et j’ai rêvé).


chapitre quatrième

Et je t’ai répondu que j’aimais me perdre dans tes yeux sombres et troubles. Que j’aimais essayer de deviner quelles émotions te traversaient. Que j’aimais te regarder, t’observer durant des heures entières. Que j’aimais le néant de l’océan qui s’agitait dans ton mystérieux et ténébreux regard. Ce regard tellement beau et vrai.

Je t’ai répondu que je t’aimais. Que je t’aime.


chapitre cinquième

Just
Another
Moment
With
You.

Just
Another
Night
Against
You.

Just
Another
Dream
Of
You.


chapitre sixième

I’d like to feel your fingers travel around my skin.
I’d like to feel your hands on my lips.
I’d like to smell your perfume on your neck.
I’d like to put my arms around your waist.
I’d like to tangle my feet in yours.
I’d like to be supported by your broad shoulders.
I’d like to wake up next to you, in your bed.
I’d like to hear from you «I love you».


chapitre septième

Drunk with the sky.
Drunk with the stars.
Drunk with the sunshine.
Drunk with the snow.
Drunk with the rainbow.
Drunk with the rain.
Drunk with the flowers.
Drunk with the butterflies.
Drunk with your lips.
Drunk with your hands.
Drunk with your waist.
Drunk with your shoulders.
Drunk with your perfume.
Drunk with your skin.
Drunk with your kisses.
Drunk with you.

Pourquoi un blog ?

Pourquoi pas ?

J’y pense depuis quelques semaines déjà…

Je voulais une plateforme interactive où je serais bien plus libre que sur instagram. Comme j’adore l’écriture, j’avais envie de partager mes écrits en insérant mes photos. Et en ce moment je me suis prise d’un intérêt pour l’écriture de critiques. Je lis énormément et je regarde souvent des films, documentaires et séries. Je me suis donc dit que c’était l’occasion parfaite de combiner tout ça !

Me voilà donc ici !

J’attends bien sûr vos retours et j’espère que vous serez nombreux à partager cette nouvelle aventure avec moi.

A plus,

Juliette.